Publié le 21 Novembre 2012

Lionel Hampton & Oscar Peterson - The Complete Quartets & Quintets On Verve (1953-1954)

Légendes - Le virtuose vibraphoniste à son sommet s'allie des premières riches heures du pianiste. L'âge d'or du jazz.

Lionel Hampton était un batteur hors-pair, et un excellent pianiste. C'est pourtant penché sur son vibraphone qu'il va marquer l'histoire du jazz: en effet, c'est même lui qui enregistre le tout premier solo jazz de vibraphone avec Louis Armstrong en 1930...

Quelques années après avoir commencé à jouer pour Verve, le jeune et brillant Oscar Peterson semble être l'allié idéal pour Hampton. Et s'ils n'avaient jamais joué ensemble avant ces sessions, il ne leur faudra qu'un an pour enregistrer ces albums... En résulte certains des quartets et quintets les plus mémorables de cette période du jazz.

Lionel Hampton & Oscar Peterson - The Complete Quartets & Quintets On Verve (1953-1954)Lionel Hampton & Oscar Peterson - The Complete Quartets & Quintets On Verve (1953-1954)

Rédigé par Alexandre

Publié dans #legendes

Publié le 13 Novembre 2012

Stan Getz & Kenny Barron - Café Montmartre (1987-1991)Stan Getz & Kenny Barron - Café Montmartre (1987-1991)

Légendes - Connivence imbattable et chaleur rassurante au crépuscule de la carrièrre d'un Stan Getz toujours au sommet...

Souffrant d'un cancer qui aura raison de lui quelques mois plus tard, Stan Getz souhaite jouer encore et encore. Il veut profiter de son extraordinaire complicité avec son pianniste Kenny Barron, et, n'ayant plus le courage d'aller en studio, il fait enregistrer leurs concerts au célèbre Café Montmartre de Copenhague en 1987 et 1991.

Cet album est donc une compilation de quelques titres, qui correspondent en fait aux dernières heures du saxophoniste. Getz dégage une chaleur rassurante, Barron s'en nourrit. The Sound parle, Barron l'écoute, et ne joue pas une note de trop. L'entente de ces deux musiciens constitue un des plus hauts sommets que le jazz ait exploré à ce jour. A écouter sans fin. Définitivement.

If you like an instrument that sings, play the saxophone. At its best it's like the human voice.

As far as playing jazz, no other art form, other than conversation, can give the satisfaction of spontaneous interaction.

Stan Getz

Rédigé par Alexandre

Publié dans #Legendes

Publié le 3 Novembre 2012

Diana Krall -  The Girl In The Other Room (2004)

Jazz - Jamais depuis longtemps le jazz n'avait été aussi sensuel et brûlant qu'avec la diva canadienne

Depuis vingt ans, la belle pianiste enchaîne les succès, envoûtant les publics du monde entier de sa voix voluptueuse et son jeu délicat. Ce n'est pourtant qu'à trente ans qu'elle sort son premier album sur lequel elle interprète des grands standards; mais depuis rien ne l'arrête: sachant s'entourer des bonnes personnes - comme lors de sa tournée avec Tony Benett en 2000 - sa carrière finit par décoller. Pour atteindre des sommets.

Son album The Girl in the other Room marque un tournant dans ses choix artistiques. Elle s'implique personnellement dans quelques compositions, et s'écarte quelque peu des très célèbres standards pour mieux s'attaquer à des titres plus récents, notamment des compositions de son mari Elvis Costello. Un choix risqué et ambitieux qui lui réussira.

En effet, elle s'investit toujours plus dans ses interprétations. C'est finalement son dernier album, Glad Rag Doll, qui est le plus personnel. Interprétant principalement des chansons piquées des collections de 78-tours de son père décédé, Diana Krall semble se livrer enfin totalement. Un album certainement nostalgique. Mais en encore plus que cela, il est extraordinairement intime et profond.

Dans le cadre de sa nouvelle tournée mondiale, la belle canadienne fera une courte halte en Suisse, le temps d'un concert dans le splendide KKL à Lucerne à la fin du mois de novembre.

Le plus beau compliment que l’on puisse me faire, c’est de me dire que je suis une blonde avec une voix de Noire.

Diana Krall

Rédigé par Alexandre

Publié dans #concert, #actuel

Publié le 3 Novembre 2012

Tigran Hamasyan - A Fable (2011)

Jazz - Laissons nous tenter par un cocktail explosif et délicat concocté par le prodige arménien Tigran Hamasyan

Jeune prodige, Tigran Hamasyan mêle comme peu de pianistes à son âge la technique et la sensibilité classique de son apprentissage, l'héritage de ses idoles comme Duke Ellington, Thelonius Monk ou encore Bud Powell, et la sueur et l'histoire de la musique arménienne.

Sa carrière étant lancée après une Victoire du Jazz en 2011, il commence à laisser son imagination le porter complètement sur scène, osant s'accompagner d'un table de mixage ou de pédales acoustiques dans son piano. Une forme de transe à vivre une fois en concert, une expérience certainement unique et marquante, orchestrée par un des pianistes les plus talentueux et surprenant de sa génération!

Tigran Hamasyan sera présent en Suisse romande pour deux concerts à ne rater sous aucun prétexte: le 11 novembre à Pully, et le 18 novembre à Fribourg.